• octobre

    18

    2015
  • 833
  • 0
1/3 DES INCENDIES SONT D’ORIGINE ELECTRIQUE

1/3 DES INCENDIES SONT D’ORIGINE ELECTRIQUE

Chaque année, la France comptabilise 80 000 incendies dont la cause avérée ou probable en est une une installation électrique en mauvais état.

LE DIAGNOSTIC ELECTIQUE

C’est à partir de ce triste constat qu’a été lancé la démarche du DIAGNOSTIC ÉLECTRIQUE OBLIGATOIRE. Ce dispositif oblige le vendeur d’un bien à faire contrôler l’état de son installation.
En 2009 sur 6 000 diagnostics effectués, 72% des installations présentaient une ou plusieures anomalies, le plus souvent, c’est à dire 61% des cas, une conducteur de terre est absent sur au moins un circuit de protection. Dans ce cas et en l’absence de dispositif de sécurité différentiel qui est aussi un cas couramment rencontré, un défaut d’isolement ne peut pas être détecté. Le risque en est la mort par électrocution, pour la personne qui touche l’appareil défectueux (machine à laver, grill pain, etc.);

Le diagnostic électrique a certes fait évoluer les choses depuis puisque 96% des propriétaires déclaraient que les travaux de mise en sécurité seront faits. Certains ont tenus leurs promesses, mais des progrès restent à faire.

Le top 3 des défauts rencontrés :

  1. Absence d’au moins un conducteur de protection : 61% des cas
  2. Dispositif différentiel à courant résiduel 30 mA non mis en œuvre : 55.9 % des cas
  3. Éléments conducteurs (dans une salle de bains) non reliés à la ligne Ligne Équipotentielle de Protection (mis à la terre) 37.4% des cas

UNE DISPARITÉ AU NIVEAU DES LOGEMENTS

En construction neuve, la norme NF C15-100 rend obligatoire un certain nombre de dispositifs qui placent le logement en sécurité. Cette norme à beaucoup évoluée et beaucoup de logements construits dans les années 70 ne sont pas équipés des matériels aujourd’hui obligatoires, comme les interrupteurs différentiels. Plus grave encore, les logements anciens, ceux du 19eme siècle par exemple, n’ont été soumis à aucune obligation et sont dépourvus même des dispositifs élémentaires de sécurité comme le mise à la terre dans les pièces humides.
Ce que dit la loi pour ces logements existants, c’est que le propriétaire a la responsabilité de l’action à mener. Aucune mise aux normes n’est obligatoire. Cependant, il est pleinement responsable de l’état du bien qu’il possède, non seulement vis-à-vis de lui-même et de ses proches, mais également à l’égard d’éventuels locataires ou plus généralement de tierces personnes amenées à séjourner dans son logement.
Pire, un propriétaire bailleur « est tenu de remettre au locataire un logement décent ne laissant pas apparaître de risques manifestes pouvant porter atteinte à la sécurité physique ou à la santé (…) ». Concrètement, en matière d’installation électrique, cette notion de décence correspond au respect des six exigences minimales de sécurité mentionnées dans le présent article.

LES SIX POINTS DE SECURITE A RESPECTER :

 

  1. Présence d’un appareil de coupure en tête de ligne facilement accessible. Il permet de couper l’alimentation générale rapidement notamment en cas de départ d’incendie
  2. Présence en tête de ligne d’au moins un dispositif de protection différentielle 30mA, approprié aux conditions de mise à la terre. Cet appareil détecte les fuites de courant et coupe automatiquement le courant. Sans ce dispositif les risques d’électrocution sont importants.
  3. Présence sur chaque circuit d’au moins un dispositif de protection contre les surintensités (disjoncteur ou fusibles). Sans ces dispositifs le risque d’incendie est grand.
  4. Présence d’une liaison équipotentielle et respect des règles liées aux zones dans chaque local contenant une baignoire ou une douche. La encore le risque d’électrocution pour une personne en présence d’eau est accru.
  5. Absence de matériel vétuste, inadapté à l’usage ou présentant des risques de contact direct avec des éléments sous tension. Pas de prise de courant cassée avec fils accessibles par exemple
  6. Conducteurs protégés par des conduits, moulures ou plinthes. Un fil apparent est cause potentiel de dégradation et donc soit d’électrocution, soit d’incendie par création d’une surchauffe ponctuelle.

Un dernier point à ne pas négliger est le desserrage progressif des connexions. En effet avec le temps, les vibrations (passage de véhicules par exemple), les vis qui connectent les fils ensemble se desserrent.  Deux fils qui ne sont pas en contact franc vont créer un mini arc électrique permanent qui va agir comme un « micro-radiateur ». Au contact de matériaux inflammable, c’est l’incendie. Il y donc lieu de vérifier les serrages des connections (tableau électrique, boite de raccordement, etc.)

LEAVE A COMMENT

Your comment will be published within 24 hours.

© Copyright 2015 REDEC AMENAGEMENTS